Les dix-huit secondes de Sébastien

Nous avions abandonné Sébastien en équilibre sur un fil au dessus des têtes de Pérolles. Voici ce qui se passa dans sa tête pendant dix-huit secondes (sur une idée d’Antonin Artaud proposée par François Bon). Dans la tête, il n’y a pas de ponctuation.

Il dénoue la cravate la corde au cou le fil est tendu il n’ose pas regarder vers le sol pas encore il regarde dans la direction d’elle à l’autre bout du fil il la devine elle est si belle elle est sienne il y a dix ans et il n’en revient toujours pas qu’elle soit sienne et ce n’est pas tout à fait cela il est à elle ce n’est pas cela non plus ils sont deux c’est aussi simple que cela ils sont un seul une seule il ne parvient pas à la voir à l’autre bout c’est trop loin il la décrit dans sa tête il repense à la jupe il y a vingt ans à la même jupe il y a dix ans sur le rond-point est-ce que la même jupe aujourd’hui ou la blouse blanche il veut savoir il tente un premier pas il tremble il est si lourd sur ce fil et il a peur de tomber et il a peur qu’elle tombe avec parce qu’il sait qu’elle n’a pas peur et que c’est quand on n’a pas peur qu’on tombe il faut absolument l’empêcher de tomber il lève le premier pied il faut regarder le ciel les antennes les toits le clocher au loin et elle encore plus loin maisil a chaud le ciel est couvert il y a au-dessous une rumeur il sait que ce sont des têtes le fromager le pharmacien les bonnes sœurs mais il ne voit rien de ces têtes-là il ne voit que sa tête à elle sa belle tête à elle et il n’en revient pas que cette belle tête-là à elle soit ici en face de lui si près et si loin ils se regardent dans les yeux sans se voir mais il la voit constamment devant l’ordinateur il la voit devant les clients dans les coffres dans les chiffres partout il la voit et le deuxième pied s’est levé il faut garder l’équilibre surtout ne pas tomber marcher sur ce fil courir sur ce fil voler ce serait ce qu’il faudrait voler jouer à l’oiseau mais il sent que les têtes en-dessous n’attendent que sa chute et que ces têtes sur les affiches aussi ces stars n’attendent de lui que ce faux pas mais le troisième pas est sûr il prend de l’assurance il doit continuer le quatrième pas le cinquième pas le fil est une route et il aime les routes tout a commencé sur la route et ici c’est marcher sur la ligne blanche discontinue ne marcher que sur le blanc jamais sur le gris pour éviter que les têtes au sol ne se mettent à sourire parce qu’il sait que derrière leur apparente appréhension les têtes espèrent toutes qu’il tombe et elle non les têtes sont certaines qu’elle ne tombera pas elle ne peut pas tomber il sait très bien que si quelqu’un tombe ce sera lui jamais elle alors il pourrait revenir en arrière et rester là à l’attendre mais qu’est-ce qu’elle allait penser de lui et il fit un pas de plus il écarta les bras il sentit le fil vaciller il releva la tête il fixa un point à l’horizon un point qui était elle et il fit encore des pas il ne compta plus les pas il avança sur le fil et il pensait aux têtes en bas aux têtes dans les kebabs aux têtes sur les terrasses et il eut envie de rire mais ce serait perdre l’équilibre alors il fit un pas de plus puis un autre pas et il ne pensa qu’à elle qui se rapprochait qui était un point au loin mais un point visible un point avec une jupe à frôler un point qui lui permettait de marcher sur ce fil comme si ce fil était une autoroute.

2 commentaires sur « Les dix-huit secondes de Sébastien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :